Une technique qui remplace peu à peu les chirurgies classiques lourdes tout en garantissant une récupération optimale. 

La laparoscopie consiste...

...à opérer l’intérieur du corps de l’animal, quasiment à distance, à l’aide de petits instruments qui ne nécessitent pas de grandes incisions. Elle se réalise en plusieurs étapes: d’abord le chirurgien procède à une toute petite incision de la peau de quelques centimètres seulement.
 

Cet orifice beaucoup plus réduit que celui pratiqué lors d’une chirurgie classique, va permettre d’introduire une petite caméra dans la partie du corps de l’animal pour en scruter l’intérieur.
 

Du gaz carbonique est ensuite introduit dans la cavité pour soulever la peau, créant ainsi un espace entre la peau et les organes où le chirurgien peut regarder et aussi introduire de petits instruments pour opérer. En effet, les pinces, ciseaux, ou instruments de coagulation et de suture… sont introduits eux aussi à l’aide de petits trous incisés dans la peau de l’animal. 

Réduire le champ opératoire, ouvrir le champ des possibles 

A la différence d’une chirurgie classique, tous les gestes se font donc à distance des organes, sans de larges incisions. Le télescope relié à la caméra remplace alors les yeux du chirurgien et les instruments ses mains! Ainsi, de nombreuses opérations peuvent être réalisées grâce à la chirurgie laparoscopique.

Elles se pratiquent notamment sur la plupart des organes abdominaux tels que l’appareil digestif, particulièrement chez les chiens sujets à la torsion d’estomac. Elle est également utilisée pour les biopsies intestinales ou souvent sur les organes génitaux lors d’une castration. La laparoscopie permet aussi de réparer des hernies inguinales et des hernies périnéales toujours avec cette même technique non invasive.

Moins de risques, plus de confort  

Même si cette technique peu invasive exige une formation spécifique et une certaine expérience, il y a de nombreux avantages pour le chirurgien et les animaux. En premier, elle diminue l’agression chirurgicale sur le corps du patient, ce qui garantit un meilleur confort et une large diminution des douleurs postopératoires.

Le risque de complications au niveau des cicatrices est lui aussi largement diminué, il y a en effet moins de saignements et de risques de contracter des infections. Fini donc les pansements et les nombreux points de sutures qui gênent l’animal une fois l’opération terminée.
 

La durée d’hospitalisation est bien plus courte, les animaux restent moins longtemps en observation et peuvent rentrer chez eux plus tôt. Certaines interventions sont réalisées en un jour seulement, l’animal rentre le matin à la clinique vétérinaire et ressort le soir.
 

Enfin, la laparoscopie représente un intérêt esthétique majeur puisque les cicatrices sont de très petite taille et deviennent quasi invisibles quelques semaines après l’intervention.